rasteau

Le vignoble tout au long de l'année

Le vignoble tout au long de l'année

C’est l’un des rôles principaux du responsable vignoble amont que de s’assurer que les consignes strictes soient respectées, aussi bien en matière de contrôle des quantités d’intrants (substances chimiques utilisées et leur impact sur l’environnement) que d’apport en fertilisants (adaptés aux besoins réels des cultures en tenant compte des éléments présents dans le sol et du rendement potentiel de la plante).

La production de raisin de cuve est une culture particulièrement réglementée et contrôlée par le législateur. Les vignerons sont contraints de respecter des règles strictes de production dictée par l’INAO par le biais de décret (voir le décret Rasteau téléchargeable en cliquant ici).

La plantation

La plantation d’une nouvelle parcelle n’est pas une action anodine pour nos adhérents : d’une part, cela représente un investissement important, d’autre part, la pérennité d’une vigne est souvent supérieure à 60 ans ce qui implique une décision à très long terme. Le choix du cépage et de son porte-greffe doit donc  être adapté au terroir mais également aux objectifs de production souhaités par le vigneron.

Avant toute nouvelle plantation, il convient de réfléchir à l’étape de repos du sol (3 à 8 ans), indispensable pour régénérer les sols, mais également pour l’assainir vis-à-vis de certains pathogènes. On pratique en général une succession de labours profonds intercalés par la culture d’engrais verts (blé, avoine, phacélie, lin…).

La plantation est réalisée en fin d’hiver voire début du printemps (de février à début avril) en racine nue, pour favoriser une bonne reprise grâce aux pluies de printemps tout en évitant les périodes de fortes gelées du début d’année. La densité minimale est de 4000 pieds / ha pour l’ensemble des AOP.

L’objectif est de baisser la vigueur du fait de la concurrence entre les pieds de vigne et ainsi d’augmenter la qualité de la future production. 

Durée de vie et renouvellement

Une vigne plantée dans de bonnes conditions et bien conduite vit de 60 à 80 ans, souvent davantage. Cependant, certains ceps meurent chaque année et sont alors remplacés par de jeunes greffés.

La taille

C’est l’opération principale. Une opération délicate qui conditionne la forme de la future souche, sa résistance aux maladies, le rendement que l’on désire lui demander en fonction des années et de sa production précédente. Elle se pratique l’hiver, pendant la dormance hivernale de la vigne. Cette opération non mécanisable est le plus gros poste consommateur de main d’œuvre, avec les vendanges. On considère qu’il faut une semaine par personne pour tailler un hectare !

La vigne étant une liane, une multitude de modes de  conduite existent à travers le monde.

Les plus originaux se situent en Italie : pergolas, lyres, lys...

Sur Rasteau, deux types de conduites sont autorisées :

Le Gobelet. On pratique une taille courte à 2 yeux et 6 coursons maximum, ceci en veillant à obtenir une forme circulaire et à supprimer les rameaux de l’intérieur pour mieux aérer la souche. Il s’agit d’une conduite traditionnelle ancestrale dans la vallée du Rhône qui permet une bonne aération du plant et une circulation de la sève homogène entre les coursons. Cette taille est réservé aux deux cépages les plus à même de résister au mistral : le Grenache et le Carignan.

Le Cordon de Royat. Le gobelet est de plus en plus souvent délaissé pour le Cordon de Royat ; une taille haute sur fils qui permet une meilleur mécanisation du travail. Les nouveaux cépages (Cinsault, Syrah, Mourvèdre) sont en général palissés. On choisit un ou deux beaux sarments et on les couche le long du fil de fer ; ce sont ceux qui portent les « yeux », donc les rameaux de l’année qui fructifieront.

La taille en vert

Elle comprend l’ébourgeonnage et l’épamprage. Ils ont pour but de supprimer les bourgeons secondaires inutiles sitôt leur apparition, ce qui permet une aération de la souche, favorisant la maturité de la récolte, mais également de limiter les maladies.

Ces pratiques effectuées manuellement sont également coûteuses en main œuvre.  

Les labours

L’utilisation de charrues pour entretenir le sol est une pratique traditionnelle sur Rasteau. L’équipement d’outils inter ceps par la plupart de nos adhérents permet de limiter l’utilisation d’herbicides. 

Les labours rentrent dans les méthodes traditionnelles du terroir de Rasteau où ils ne sont pas totalement abandonnés encore à ce jour. Non seulement ils détruisent les plantes vivaces, souvent résistantes, mais ils aèrent le sol, facilitent l’apport d’engrais, augmentent l’infiltration de l’eau de pluie et diminuent les risques d’évaporation (labours superficiels).

L’agriculture Raisonnée

Depuis de nombreuses années, les vignerons de la Cave de Rasteau sont engagés dans une démarche globale de gestion de leurs terres, qui vise à préserver la rentabilité économique de la Cave tout en renforçant la responsabilité globale de la Cave Coopérative vis-à-vis de nos consommateurs, de l'environnement et de nos partenaires.

Grâce à l’aide quotidienne de notre responsable vignoble, chaque vigneron cherche à développer les impacts positifs de ses pratiques agricoles sur l’environnement et à en réduire les effets négatifs.

Dans le cadre de l’agriculture raisonnée, ces pratiques agricoles permettent de garantir une récolte satisfaisante tant en qualité qu’en quantité, dans le respect de l’environnement.

C'est ainsi que la Cave de Rasteau a élaboré un cahier des charges interne pointu, mis en application depuis 2009 par les coopérateurs.